FrançaisEnglish
Cyril Horiszny. Photojournaliste.

EST

Nouveautés
Galeries
Publications
Expositions
Profil
Contacts
Minsk - Une capitale dans le brouillard

Depuis son indépendance, Minsk n’a pas encore connu le grain de liberté et de fantaisie des capitales voisines comme Kiev ou Riga, mais l’ordre et la main de fer d’un seul homme : le président du Bélarus Alexandre Loukatchenko...

Quelques bâtiments se démarquent de l’architecture encore largement soviétique à Minsk. La nouvelle gare futuriste est censée incarner la modernité de la ville, mais n’embellit pas les alentours.
01
La statue de Lénine trône devant le Parlement sur la gigantesque et terne Place de l’indépendance. Un peu partout dans Minsk ont refleuri les symboles soviétiques. On y trouve entre autres : faucilles et marteaux, statue et musée de Dzerzjinski, et nouveau drapeau aux couleurs de l’Etat bélarusse soviétique.
02
Le Palais de la République dont l’architecture lui vaut le surnom de «sarcophage» abrite spectacles et sommets politiques. La Place d’Octobre verra déferler plusieurs milliers de manifestants après la réélection frauduleuse de Loukatchenko aux présidentielles de mars 2006.
03
L’empreinte soviétique saute aux yeux sur les façades de Minsk. L’ordre règne dans les rues de la capitale, où le quotidien des habitants semble parfaitement  réglé.
04
L’Université d’Etat de Minsk. Le système universitaire bélarusse reste soumis à l’idéologie d’Etat et au culte de la personnalité du président. Une pratique soviétique qui ne laisse pas de place à l enseignement privé. Ainsi l’Université européenne des sciences humaines de Minsk, a du fermer ses portes en 2004. Soutenue par des institutions européennes et américaines, elle échappait au contrôle des autorités.
05
La vie culturelle à Minsk est assez importante, pourvu qu’elle ne s’oppose pas aux valeurs et à l’idéologie du régime. La censure touche également le monde du spectacle.
06
«Radio Bélarus» est une radio nationale relativement ouverte sur la culture internationale, pourvu qu’elle ne s’oppose pas aux valeurs et à l’idéologie du régime. Les quelques radios indépendantes échappent au contrôle du pouvoir mais rencontrent régulièrement des problèmes de diffusion.
07
«Radio Bélarus» est une radio nationale relativement ouverte sur la culture internationale, pourvu qu’elle ne s’oppose pas aux valeurs et à l’idéologie du régime. Les quelques radios indépendantes échappent au contrôle du pouvoir mais rencontrent régulièrement des problèmes de diffusion.
08
Navum Halpiarovytch, poète et directeur de ”Radio Bélarus”.
09

Mosaïque Page suivante
Copyright © 2006. Cyril Horiszny. All Rights Reserved. Developed by WebForge