FrançaisEnglish
Cyril Horiszny. Photojournaliste.

EST

Nouveautés
Galeries
Publications
Expositions
Profil
Contacts
Les gueules noires de Tchervonograd

«Papa, reviens à la maison»… Sur une pancarte, le message attendrissant d’une gamine tranche avec avec la crasse des murs. Ses mots évoquent un univers noir : celui de ces pères de familles, avalés par les mines de charbon ukrainiennes...

Tchervonograd, cité minière de 80 000 habitants créée après la Seconde guerre mondiale dans l’Ouest de l’Ukraine.
01
L’iconographie à la gloire des mineurs ici et là fait illusion. Les mineurs craignent pour leur vie, alors que la liste des sacrifiés s’allonge d’année en année.
02
“Mineur, souviens toi qu’on t’attend à la maison… » Les mines de charbon ukrainiennes sont les plus dangereuses au monde d’après la Banque mondiale. Les cruelles statistiques et les coups de grisou endeuillent régulièrement l’Ukraine depuis plusieurs années. Ils sont plus de 5000 depuis l’indépendance du pays à avoir payé de leur vie le contrecoup d’un secteur en crise.
03
Oleg Ivanousia, 29 ans, travaille déjà depuis 11 ans dans les mines de charbon de Tchervonograd. Ce chef de brigade est régulièrement honoré en Ukraine pour son rendement et celui de ses hommes.
04
Oleg Ivanousia, 29 ans, travaille déjà depuis 11 ans dans les mines de charbon de Tchervonograd. Ce chef de brigade est régulièrement honoré en Ukraine pour son rendement et celui de ses hommes.
05
06.jpg
06
07.jpg
07
08.jpg
08
09.jpg
09

Mosaïque Page suivante
Copyright © 2006. Cyril Horiszny. All Rights Reserved. Developed by WebForge